mardi 22 décembre 2015

Tendre l'autre joue

Voici le premier article où les gens un peu butés, têtus et en souffrance, vont être moins d'accord tout à coup... Parce qu'il sera moins bien compris .... C'est pour cela que je vais raconter mon expérience...


Lorsque ma fille et née, par son statut de fille, sa petite taille, sa fragilité, j'ai eu peur. J'ai eu peur qu'elle soit une proie de choix pour les autres: ceux qui, malheureux et qui ne survivent que par la méchanceté et la violence, n'ont d'autre choix que de s'en prendre aux plus petits...

Alors très vite, je lui ai appris à aiguiser son langage pour mieux humilier celui qui l'attaquerait, menacerait... Et puis tout aussi vite, j'ai vu ma fille attaquer avant d'être battue puisqu'elle avait été élevée comme ça. J'avais créé moi-même une petite violence, un mode de fonctionnement qui ne me convenait guère...

Il fallait trouver une autre solution, et un souvenir m'est revenu en pleine tête... 

Je devait avoir 18 ou 19 ans, je vivais à Montreuil. Je revenais de Paris par le dernier métro. Je ne me souviens plus trop pourquoi, j'étais seule dans cette rame, ou presque quand un type est monté. Je me souviens de sa tête: très grand, noir, un bonnet, des gants, la tête bien ronde, et lui très carré. 

Je le regarde, et regarde par la vitre en pensant à autre chose mais très vite je sens qu'il me fixe. J'ai peur, je sens le danger... Je ne pense pas à un violeur mais plutôt à un danger, à un dingue, schizophrene....

Je me retourne doucement, je le laisse me fixer, je le fixe aussi et .... je luis souris, le plus sincèrement du monde. Il me regarde d'abord étonné, puis me rend mon sourire.

J'avais désamorcé la situation en répondant par un geste auquel il ne s'attendait pas. De même, lorsqu'en terminal, le groupe de filles qui m'avait cassé les pieds toute l'année s'est retrouvé avec moi d'office en sport elles ont fait la tronche et moi aussi. Elle m'ont d'abord abandonnées lors des préparations, que j'ai bossé seule. Avant de rendre ma feuille j'ai quand même mis leurs noms à coté du mien.  Puis j'ai décroché un 18. Elles m'ont remerciés avant de chercher une autre victime.

Tendre l'autre  joue ce n'est pas être un crétin qui demande plus de violence, et ce n'est même pas chercher à régler toute la violence de la terre.... Même dans la bible ce n'est pas annoncé comme cela. Tendre l'autre joue c'est arrêté le cercle de la violence et le remplacer par la gentillesse, l'humour... Une valeur positive quoi... Et en désamorçant notre propre violence, on se sent quand même vachement mieux dans nos baskets!!!

Est-ce que j'ai su l'éduquer à ma fille???

Une petite anecdote comme ça...

Lundi, nous étions à Disney. Alors que nous attendions depuis une heure la parade, une dame nous pique notre place. Je souris, je lui propose simplement de se pousser un peu pour que chacun puisse profiter du spectacle. Elle me rabroue en me disant qu'elle ne peut pas se pousser plus. Je fais asseoir ma fille devant moi. Mais très vite, un Monsieur de chez Mickey, lui fait remarquer que sa poussette est sur la rue. Elle veut se reculer mais les autres se fâchent et  lui demandent de passer derrière. Très désagréable, celle-ci, prend sa poussette en insultant tout le monde mais cherche une ailleurs.  Tout le monde se fout d'elle, elle part sous les huées...

Ma fille qui n'a pas loupé une miette du spectacle, reprend sa place... Puis elle me dit: "Tu vois maman, il faut être gentil dans la vie et écouter ceux qui sont gentils... Si la dame t'avait parlé gentiment, tout le monde aurait fait un effort pour la laisser à sa place, mais comme elle est méchante bah les gens ils se sont moqué d'elle."

Alors, au lieu de reprendre sa place, elle l'a proposé à un petit anglais derrière elle.

Il n'y a pas de secret, je crois. Si les enfants sont des éponges, les adultes sont des miroirs. Il peuvent être froids et durs. Mais si vous leur souriez, ils vous sourirons. Si vous êtes gentils avec eux, ils le deviendront. Si ils vous frappent, dites vous toujours qu'ils se défendent d'une ancienne agression dont vous n'êtes pas responsable et répondez par une caresse. Il réapprendra alors à caresser avant d'agresser.



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire